Catégories

Quels sont les inconvénients de la pompe à chaleur ?

Quels sont les inconvénients de la pompe à chaleur ?

Si vous avez un penchant pour l’écologie, vous aurez du mal à utiliser certains appareils, notamment ceux qui ne respectent pas l’environnement. Parmi ceux-ci, il faut citer les climatiseurs et les fournaises. Une bonne alternative à ces appareils est la pompe à chaleur. Néanmoins, cette dernière n’est pas non plus exempte d’inconvénients. Dans cet article, vous découvrirez les défauts de la pompe à chaleur.

Coût initial élevé

L’installation d’une thermopompe nécessite un coût non négligeable, au moins 5 500 euros. À cela s’ajoute le prix d’achat qui varie en fonction des performances et du type du dispositif. En effet, les systèmes les moins chers disponibles sur le marché sont les pompes à chaleur mini-Split qui coûtent au minimum 2 000 euros. Celles-ci peuvent atteindre 14 500 euros, voire plus.

A lire aussi : Quelle alternative aux capsules Nespresso ?

Quant aux pompes à chaleur géothermiques ou solaires, elles peuvent coûter jusqu’à 39 000 euros. À noter que ces quelques indices ne concernent que l’unité et la main-d’œuvre. Une éventuelle installation de conduits peut rendre l’acquisition du dispositif encore plus coûteuse.

Augmentation de la consommation électrique

L’utilisation d’une pompe à chaleur fait augmenter la consommation électrique. En effet, le dispositif a besoin d’énergie électrique pour fonctionner. De plus, sa capacité de consommation énergétique est assez importante. Pour cela, il est recommandé aux propriétaires de contacter leur fournisseur d’énergie afin de savoir si celui-ci offre des tarifs spécifiques pour l’utilisation des pompes à chaleur. Cela peut être bénéfique pour eux. Ils pourraient profiter d’un tarif moins cher. Par ailleurs, il convient de mentionner ici qu’en cas de panne d’électricité, le dispositif ne pourra pas fonctionner.

A découvrir également : Quel est le fournisseur d’électricité le plus avantageux ?

Une installation nécessitant plus de préparation

Le remplacement des chaudières classiques par les pompes à chaleur nécessite une bonne et longue préparation. D’abord, il faut compléter de façon minutieuse la conception du système après un calcul des déperditions thermiques effectué sur le terrain. L’estimation doit être bien détaillée. L’objectif est de s’assurer que le système est bien isolé et que les dimensions des émetteurs de chaleur choisies sont idéales. De même, le calcul permet de s’assurer que l’évaluation de la puissance de la pompe requise est correcte.

Par ailleurs, pendant la phase de conception, il est recommandé de ne pas couper les coins ronds. Cela permet de savoir si le système mis en place correspond bien aux besoins de chaleur de la maison, sans quoi le dispositif ne sera pas efficace. Pour cela, il faut respecter à la lettre les instructions des fabricants lors de l’installation. Retenez ceci : lorsque le dispositif est bien installé, il peut durer longtemps tout en demeurant efficace.

Thermopompe : un dispositif qui ne convient pas à toutes les maisons

La pompe à chaleur est ce genre d’appareil dont l’installation nécessite un espace extérieur suffisamment grand. Un manque d’espace ajouté à une mauvaise isolation de la maison rend inutile, voire impossible, l’installation d’une thermopompe. Ces situations sont plus récurrentes avec les maisons anciennes. De même, dans certaines habitations, il va falloir enlever les radiateurs avant de faire installer les thermopompes. Cela peut prolonger le temps de l’installation et augmenter le niveau de perturbation.

Pompe à chaleur : un système moins efficace face aux températures basses

L’une des limites majeures des pompes à chaleur est leur incapacité à conserver leur efficacité pendant les périodes de froid. Plus la température baisse, plus elles perdent en efficacité. Elles sont plutôt plus actives et plus efficaces lorsque la température extérieure est supérieure à 40 °F. En dessous de cette valeur, le dispositif sera moins efficace. Dans ces circonstances, elles consomment plus d’énergie que ce qu’elles devraient normalement consommer.

De même, les températures basses font passer les pompes à chaleur en mode dégivrage, un cycle au cours duquel la chaleur auxiliaire prend le dessus. En conséquence, l’efficacité globale se trouve réduite jusqu’à environ 10 %. C’est pourquoi il est recommandé aux personnes ayant une pompe à chaleur à air vivant dans les régions où il fait extrêmement froid d’opter pour un chauffage d’appoint. Généralement, la plupart de ces propriétaires utilisent des fournaises à gaz.

Cependant, grâce à la technologie des pompes à chaleur qui est en pleine évolution, des unités pouvant fonctionner en dessous de 40 °F voient le jour. Ces dernières continuent à être efficaces, même en dessous de -10 ° F.

Articles similaires

Lire aussi x